QUAND A GAP REVIENDRA LE BLEU DE LA MER... de décembre 2012 à novembre 2013

(Une année de résidence avec Didier Tallagrand)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sous ce titre peut se cacher la crainte de la montée des eaux des mers du globe sous l'effet d'un réchauffement climatique annoncé; et il se pourrait bien alors que la mer Méditerranée remonte jusqu'à là. Pourquoi pas?

En dehors de cet effet d'annonce et d'angoisse collective, la mer était déjà là il y a quelques millions d'années. Divers bouleversements géologiques et tectoniques ont fait surgir les alpes et rejetée la mer au loin. De ces mouvements successifs reste la trace d'une faille entre ces blocs de montagnes surgies des eaux : "Le sillon de Gap", actuel bassin versant de la Durance.

On peut imaginer la parabole d'une goutte d'eau tombée dans les environs de Gap, retrouvée dans le réservoir du vallon Dol en périphérie de Marseille, lequel dessert la ville en eau potable, et ensuite après utilisation domestique, la même goutte d'eau rejetée dans la mer; ce qui est souvent le destin ordinaire des gouttes d'eau.

1° esquisse du moyen de transport

©Didier Tallagrand

 

 

Mais ici lorsqu'on observe le bassin hydrographique de cette partie de région ont peut constater qu'il y a un réseau complexe de rivières, canaux et lacs qui sont connectés ensemble, un réseau très aménagé, parfois à ciel ouvert et parfois souterrain, qui permet effectivement par voie d'eau la remontée de Marseille à Gap sans poser pied à terre sur presque 200km...

 

Pour suivre les différents temps de résidences de Didier Tallagrand :

1. Cartographie "L'eau transportée" + dessein

2. Cartographie "L'eau delà" + dessein

3. Cartographie "L'hydrodynamisme turbide"+ dessein

4. Cartographie "Les vergers élevés" + dessein

5. Cartographie "L'eau d'en haut" + dessein